APPEL AU SOUTIEN

À Montpellier comme ailleurs, ceux qui sont précarisés ou défendent leurs droits et leur liberté subissent des violences d’État.

Le couvre feu et le confinement, mesures de contrainte et de contrôle promulguées au nom de l'état d'urgence sanitaire, permettent de renforcer la répression: amendes, intimidations, brutalités policières, gardes à vue, comparutions à huis clos au tribunal, lourdes condamnations...

Dans la région, à Montpellier, Nîmes ou Narbonne, plusieurs gilets jaunes ont été gravement blessés par des tirs de LBD40 ou des grenades de désencerclement, et certains dorment dans les prisons de Villeneuve-lès-Maguelone, Béziers, Nîmes, Perpignan... suite à des audiences expéditives ou des condamnations pour l'exemple.


Face à cette répression, « l’Assemblée contre les violences d’État et pour les libertés » a décidé de relancer une cagnotte.


À quoi va servir l’argent ?


L’argent récolté par cette cagnotte sera reversé aux personnes réprimées à Montpellier et aux alentours, dans le cadre des mouvements sociaux et de l'état d'urgence sanitaire.

La règle de « l’Assemblée contre les violences d’État et pour les libertés » est simple : pour obtenir une aide financière, il faut se manifester lors des réunions ouvertes du collectif, qui se tiennent quasiment tous les mardis à 19h30 au local associatif

« Le Barricade ».

Ce rendez-vous peut exceptionnellement changer à cause du confinement.


Pour avoir plus de précisions, vous pouvez envoyer un mail à solidaritate@protonmail.com


D’où vient cette « Assemblée » ?


En 2015, ce collectif s’appelait « l’Assemblée générale contre l’état d’urgence » et, comme son nom l’indique, avait pour but de lutter contre la généralisation des mesures dites antiterroristes. En 2016, ce collectif est devenu la commission anti-répression de « l’Assemblée populaire de Montpellier contre la loi travail » (Nuit Debout). En 2017, suite à la transcription dans la loi commune des mesures de l’état d’urgence, ce collectif a été rebaptisé « l’Assemblée de Montpellier contre les violences d’État et pour les libertés ».

Pendant le mouvement des gilets jaunes ce collectif a assuré une fonction de commission juridique, fournissant des conseils et proposant une liste d'avocats, en cas de poursuites judiciaires.
Son but, c’est d’organiser la solidarité concrète, notamment financière, avec les personnes de la région de Montpellier, réprimées dans le cadre des mouvements sociaux, et de lutter contre le développement d’un État de plus en plus autoritaire. Nous avons concrètement déjà aidé plusieurs personnes lors du mouvement contre la loi travail ou celui des gilets jaunes, notamment par des virements à des prisonniers pour leur permettre de cantiner.

Nous avons aussi imprimé et distribué des tracts pendant les manifestations des gilets jaunes pour diffuser les droits des personnes gardées à vue et nous avons organisé plusieurs rassemblements devant la prison de Villeneuve-lès-Maguelone: des casserolades le 31 décembre et chaque premier dimanche du mois, en soutien aux prisonniers, dont les gilets jaunes incarcérés.


Merci pour vos dons !!!!



Déjà 205 € collectés, objectif 1 000 €

Vous étes invité-e à contribuer avant le 13/11/2021 par solidaritat 34
Contacter l'organisateur de la cagnotte

Solidaritat 34


association d'aide aux personnes emprisonnée ou en difficulté judiciaire

Zoom sur la structure